Communiqué de presse

Entre la gare et la Médiacité, il reste un effort à faire

Ce samedi 8 mai, la Ville de Liège organisait, à la Halle du Nord, une journée d’information sur les développements urbains prévus entre la gare des Guillemins et la Médiacité, en présence d’une bonne partie des intervenants (pouvoirs publics, bureaux d’études, promoteurs,..). Le public était au rendez-vous. La plate-forme Guillemins.be — qui regroupe six associations concernées par le devenir du quartier — tient à saluer cette initiative des échevins Firket et Léonard. Et nous profitons de cette occasion pour faire le point sur l’ensemble du dossier, à la lumière des nouvelles informations disponibles.

Trois points positifs

La persévérance de la Ville. En dépit des envolées de certains décideurs de premier plan au cours des dernières années en faveur de divers projets mégalomanes (en particulier les différentes versions du plan Calatrava), Liège n’a pas cédé, cette fois-ci, à son vieux démon de la folie des grandeurs. Le projet présenté — et désormais entamé — est réaliste et ambitieux. Il évite de poursuivre le saccage du quartier entamé avec la réalisation de la gare. Soutiens de la première heure de cette vision des choses, nous en sommes heureux et nous félicitons les autorités communales qui, malgré quelques dérapages (notamment la tentative d’expropriation d’une bonne partie de la rue Paradis, début 2009) ont finalement maintenu le cap dans ce dossier.

JPEG - 242.7 ko
Projet présenté ce samedi pour l’aménagement des quais de Meuse, au carrefour du quai de Rome, du boulevard Frère-Orban, de l’Avenue Blonden et de la future esplanade (Greisch & alii).

Le plan d’enfouissement des voiries s’améliore. Le dispositif de tunnels nouvellement proposé (suppression du boyau initialement envisagé pour relier le quai de Rome et l’Avenue Blonden ; création d’un long tunnel reliant la trémie du Boulevard d’Avroy au quai de Rome, sans sortie intermédiaire Avenue Blonden) est en nette amélioration par rapport à la version précédente (qui prévoyait un immense rond-point et des sorties de tunnels intempestives). Ce nouveau projet permet notamment de valoriser le continuum arboré entre le Parc d’Avroy et l’esplanade, via l’Avenue Blonden. C’est là une satisfaction par rapport à une demande exprimée à plusieurs reprises par la plate-forme Guillemins.be. On soulignera également le fait que, dans le projet proposé, la voie rapide située boulevard Frère-Orban est nettement « civilisée » (création d’un espace vert sur les actuelles bandes de circulation centrales, création de stationnement directement le long de la voie rapide). Dans l’ensemble, il y a donc une réelle amélioration. Le projet reste cependant perfectible, en particulier pour améliorer l’accès à la Meuse depuis l’esplanade (qui demande, dans ce nouveau projet, de franchir deux voies de circulation, sans parler d’une éventuelle ligne de tram) et dans la valorisation de ce grand espace pour l’accueil d’événements ou de manifestations.

Le projet « Balteau ». Poursuivant tranquillement son chemin, le projet dit « Balteau » mérite l’attention. On espère que les propriétaires concernés permettront sa réalisation et que le concours EUROPAN ne restera pas lettre morte.

Trois points noirs

L’absence de concours d’architecture. Que ce soit pour la tour des finances, pour la passerelle, pour les nouveaux développements immobiliers prévus le long de l’esplanade, pour le Centre du design,... la qualité des procédures de sélection n’est clairement pas à la hauteur de l’ambition affichée. Le résultat est prévisible : la médiocrité sera, trop fréquemment, au rendez-vous. Seule exception, actuellement : le nouveau MAMAC, dont on attend avec impatience le résultat du concours en cours.

JPEG - 586.6 ko
Maquette du projet de Tour des finances (architectes : Jaspers & Eyers), présentée ce samedi par Fedimmo.

La nouvelle tour des finances. La tour proposée par Fedimmo est beaucoup trop massive, elle s’intègre extrêmement mal dans son environnement. Son gabarit est disproportionné, en complète rupture d’échelle avec le quartier, et ne respecte d’ailleurs par le PRU. Son affectation fonctionnelle (du bureau, exclusivement) signifie que la tour sera « morte » tous les jours après 17h, là où un projet multifonctionnel (logement, hôtel,...) aurait été beaucoup plus adapté (conscients sans doute de ce problème, les promoteurs présentaient ce samedi une maquette ultra-lumineuse, voir ci-contre). Selon nous, il est urgent de remettre ce projet à plat et de revenir aux bases établies par l’étude Dethier & alii, à savoir : tour d’un gabarit plus modeste (75 m au lieu de 120 m), organisation fonctionnelle différente (du bureau dans le « socle » de 3 ou 4 étages des immeubles, du logement, un hôtel,... dans les étages), des émergences dans les îlots situés entre la tour et la rue de Sclessin (permettant à la fois de densifier et d’intégrer la tour dans un ensemble cohérent).

L’absence de décision sur le tracé du tram. Nous persistons à penser qu’il n’est pas raisonnable de réaliser des aménagements lourds (comme l’aménagement de la place des Guillemins) sans avoir pris de décision concernant le tracé du tram dans le quartier. Dans la situation actuelle, c’est bien simple (et nous le répétons depuis deux ans) : on devra, pour installer le tram, rouvrir certains chantiers sitôt qu’ils auront été achevés. Ce n’est pas là une gestion saine des finances publiques. Pour ce qui nous concerne, nous maintenons avec constance notre plaidoyer en faveur du passage du tram par la rue des Guillemins, avec un arrêt à hauteur de la rue Dartois — car ce tracé, en plus de permettre le maintien de la fonction commerciale de la rue des Guillemins, optimise la liaison entre la gare et le centre-ville (tracé plus court, rayons de courbures nettement plus aisés à négocier et donc gain de temps, possibilité d’arrêter les trams immédiatement devant la gare, ce qui n’est pas possible dans les autres scénarios,...).

Trois points d’interrogations

Le financement de l’esplanade. Comment va-t-on payer l’aménagement de l’espace public situé entre la rue de Sclessin et les quais ? L’incertitude la plus complète demeure à cet égard. À en croire sa représentante, présente ce samedi, la société Fedimmo (actuellement propriétaire des lieux) ne semble en tout cas pas disposée à payer ces aménagements comme la possibilité en a pourtant été évoquée ces derniers temps.

L’affectation au logement des immeubles situés au Sud de l’esplanade. À la suite de discussions menées avec la plate-forme Guillemins.be, en octobre dernier, l’échevin de l’urbanisme de la Ville, M. Firket, a pris un engagement clair : hormis la tour des finances, les nouveaux immeubles à construire sur la face Sud de l’esplanade seraient affectés au logement. Sous la pression de Fedimmo, cet engagement semble insidieusement être remis en cause. Une clarification est nécessaire.

Le rôle de la SDLG. Quel rôle va exactement jouer la Société de Développement de Liège-Guillemins ? Un certain flou demeure à cet égard. Signalons que la demande introduite par la plate-forme Guillemins.be de disposer d’un siège d’observateur au sein des instances de la SDLG n’a, à l’heure actuelle, obtenu aucune réponse.

Trois suggestions

JPEG - 866.1 ko
Extrait de l’étude du bureau 4D pour l’aménagement d’une liaison cyclo-pédestre entre le Parc de la Boverie et la Médiacité.

Aller jusqu’au bout de la logique dans le franchissement de la Dérivation. L’étude présentée par le bureau 4D concernant la liaison entre la Parc de la Boverie et la Médiacité contient des éléments intéressants (citons en particulier le changement de sens de la rue du Parc, qui dégage des espaces de parking de long de celle-ci et permet, de ce fait, la création d’une réelle place Place du Parc, piétonne, cf. Schéma ci-contre). On a cependant le sentiment que, dans l’aménagement de l’espace situé en rive droite de la Dérivation, on est resté... au milieu du gué. Piétons et cyclistes devront en effet traverser à deux reprises une voie rapide à fort trafic pour passer d’un côté à l’autre. Allons un peu plus loin ! En cohérence avec l’aménagement urbain du quai Mativa, il devrait au moins être possible de fermer la partie du tunnel du quai Mozart situé le long du cours d’eau, et de faire emprunter au flux automobile le même parcours qu’à celui arrivant du Pont des Vennes. Cela permettrait de dégager un bel espace au bord de l’eau, à affecter, par exemple, en zone d’espaces verts.

Oser un plan de mobilité limitant la place de la voiture dans le quartier des Guillemins. Sur la question du schéma de circulation dans le quartier des Guillemins, la Ville garde pour le moment une timidité excessive. Plusieurs propositions ont pourtant été mises sur la table par Guillemins.be, visant à réduire le trafic de transit et à orienter le trafic accédant à la gare sur l’arrière de celle-ci (ainsi que son architecte l’a prévu) : mettre l’axe Buisseret-Sclessin et la partie Est de la rue Paradis à sens unique (respectivement dans le sens sortant et pénétrant), inverser le sens unique de la rue de Serbie.

Créer un espace permanent d’exposition des projets urbains. L’initiative de ce samedi mérite d’être applaudie. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la Ville prend une initiative de ce type. Pourquoi de pas rendre ces initiatives permanentes, en créant un espace d’exposition où seraient visibles plans, maquettes et autres documents relatifs aux grands projets urbains en cours ? Nul doute que le citoyen liégeois serait au rendez-vous. La qualité du débat public ne pourrait qu’en être tirée vers le haut.


Postez un commentaire :

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Entre la gare et la Médiacité, il reste un effort à faire

message posté le 3 juin 2010

J’espère que vous accepterez de poster ce commentaire sur votre site, par ailleurs assez bien fait.
Je suis riverai également, mais je m’oppose à certaines visions que vous défendez.
Par pitié sortons de notre petitesse et de notre étroitesse d’esprit. Ce n’est pas parce que nous sommes à Liège, qui à l’échelle mondiale est une petite ville (comme Bruxelles d’ailleurs), que nous ne pouvons avoir de l’ambition.
Je suis pour un projet urbanistique ambitieux, pour une (ou plusieurs) tour. D’aucun la qualifie d’imposante, ils n’ont vraissemblablement pas vu beaucoup d’immeuble dans leur vie. Sortez de chez vous, voyagez....

Réagir à ce message