Chronologie

Quelques points de repère dans le développement du projet de quartier autour de la gare TGV des Guillemins.

— 1993 La SNCB crée une filiale EURO-Liège TGV chargée de mener à bien le projet de la gare dans le quartier des Guillemins.

— 1995 Une étude de faisabilité de la SNCB arrive à la conclusion qu’il faut déplacer la gare de 150m par rapport à sa situation existante, pour gagner 3’30 sur le trajet Bruxelles-Cologne. Cette décision de la SNCB aura des conséquences importantes sur le tissu urbain et en particulier sur le devenir de la rue des Guillemins historiquement construite comme voie d’accès à la gare.

— 1995-1997-1999-2001. Un schéma directeur a été lancé par la ville de Liège peu après l’annonce de l’arrivée de la gare TGV aux Guillemins. Le bureau AGUA a été chargé de la réalisation de ce schéma, document urbanistique exploratoire à valeur non réglementaire. Son périmètre d’étude s’étend globalement du Val-Benoît au parc d’Avroy.

— 1999 Etude de faisabilité de la place devant la gare commandée par la SRWT à Claude Strebelle. Cette étude aboutit à la première proposition de place triangulaire.

— 1999 Etude des incidences sur l’environnement du projet de la gare réalisée par le bureau Pissart.

— 2000 Le permis d’urbanisme pour la gare est octroyé par la Région Wallonne avec, entre autres, comme condition la réalisation d’une place "adaptée" devant la gare.

— 2002 La Région wallonne adopte un plan d’aménagement à valeur réglementaire : le Plan communal d’aménagement (PCA). Son périmètre est différent du PRU actuel et englobe des îlots construits depuis la gare jusque la Meuse. Les blocs de maisons de la rue Paradis depuis la rue du Plan Incliné jusque la rue de Serbie sont inclus dans ce périmètre.

— 2002 À l’aube de l’année 2002, Euro-Liège TGV prendra l’initiative de diffuser, sur ses cartes de vœux, un projet d’aménagement élaboré par Santiago Caltrava lui-même. Il s’agit d’une perspective monumentale, construite autour d’une darse qui relie la Meuse à la gare. Ce projet marquera les esprits, même s’il apparaît dans un cadre informel.

— 2003 Un périmètre de Rénovation urbaine (art 173 du CWATUP) proche — dans son tracé — de celui du schéma directeur a fait l’objet d’un arrêté de reconnaissance par la Région wallonne.

— Octobre 2006 À quelques jours des élections communales, le collège liégeois et son architecte, Daniel Dethier, présentent à la presse un premier projet d’ensemble pour le quartier des Guillemins.

— Décembre 2007 Fin de l’année un périmètre de remembrement urbain (PRU) est adopté par la Région Wallonne. Son tracé est encore différent des autres périmètres d’aménagement et de réflexion qui se sont succédé sur le site. Le PRU est une procédure légale — créée en 2006 par le ministre Antoine — qui permet l’expropriation pour cause d’utilité publique et soumet les permis d’urbanisme directement au fonctionnaire délégué de la Région Wallonne, qui peut s’écarter des outils d’aménagement existants pour délivrer le permis. Ce PRU est associé dans le cas des Guillemins au projet de Dethier et Associés commandé par la ville de Liège.

— Octobre 2008 Un nouveau projet est présenté à la presse pour la place — désormais trapézoïdale — devant la gare. L’association momentanée Dethier et Associés dépose un nouveau dossier de permis d’urbanisme.

— Octobre 2009 L’échevin de l’urbanisme s’engage, après discussion avec Guillemins, à garantir 50% de logement dans les nouveaux développements immobiliers sur l’esplanade.

— Janvier 2010 Après d’interminables discussions, première réunion de la SDLG nouvelle mouture (sans la SNCB). Il y a enfin un pilote dans l’avion...

— Mai 2010 La Ville de Liège présente au public l’ensemble des projets qui seront réalisés dans le quartier d’ici à 2014. Lancement de l’enquête publique sur la tour « Fedimmo », qui suscite de nombreuses réactions négatives.

— Octobre 2010 Présentation du projet d’aménagement du quai de Rome, de l’avenue Blonden et du boulevard Frère-Orban, salué par urbAgora.

— Décembre 2010 Dans la plus complète opacité, un accord aurait, selon la presse, été trouvé entre la Ville de Liège et la SNCB pour l’aménagement de la place.